Les chantiers en hiver : 5 défis de taille

1. L’organisation de l’échéancier

La préparation d’un échéancier pour un projet aussi complexe que celui de Sainte-Germaine-Cousin est particulièrement compliquée. De nombreux éléments peuvent avoir un impact important sur le début des travaux, comme le processus pour obtenir l’approbation de la Ville et de l’Arrondissement ou le montage financier qui est tributaire des programmes de subventions et des partenaires engagés. Toutes ces contraintes font en sorte que le maître d’œuvre d’un projet de logements sociaux et communautaires n’est généralement pas en mesure de déterminer la date du début des travaux en fonction de ce qui est le mieux pour le chantier.

Dans le cas de Sainte-Germaine-Cousin, les principaux partenaires du projet ont tout fait pour que l’échéancier soit développé de manière à réduire au maximum les coûts reliés aux conditions hivernales. Ainsi, une bonne partie de la préparation du terrain (compaction) a été faite au cours de l’automne 2012, soit avant le début des travaux au printemps 2013. La construction de la structure des habitations Sainte-Germaine-Cousin a donc commencé au cours du mois de mars.

2.  Terminer la construction de la structure

L’hiver a une incidence considérable sur les coûts de construction d’une structure en béton. Lorsque la coulée se fait durant l’hiver, il faut recouvrir et chauffer le béton pendant environ 7 jours. Ces opérations supplémentaires et l’énergie nécessaire pour chauffer le béton représentent un surcoût de construction d’au moins 20 %. Pour cette raison, il est de loin préférable que la structure soit complétée avant la saison hivernale.

P1190438_01

3. L’importance de « fermer » l’immeuble

Il est également extrêmement avantageux de « fermer » un bâtiment en construction avant le début de la saison froide en terminant les murs extérieurs, la toiture et la pose des fenêtres. Dans le cas de Sainte-Germaine-Cousin, l’immeuble a été entièrement fermé au mois de décembre. Ainsi, il n’a jamais été nécessaire de déblayer les paliers ou la toiture. Le chantier est aussi beaucoup moins exposé aux aléas de la météo.

En fermant l’immeuble avant la saison hivernale, il est possible d’offrir un environnement de travail beaucoup plus adéquat pour les travailleurs. D’abord, cela augmente la sécurité sur le chantier; cela diminue notamment les risques d’engelures et d’hypothermie. Dans un environnement chauffé, le travail des ouvriers se fait également de manière beaucoup plus efficace, car ils n’ont plus besoin de prendre fréquemment des pauses pour se réchauffer et ils peuvent manipuler leurs outils beaucoup plus aisément.

P1120666_01

4. La gestion des eaux en hiver

Bien que la structure soit fermée, les ouvriers doivent malgré tout composer avec les éléments de l’hiver, particulièrement la glace.

P1050551

Comme les drains du toit n’avaient pas été installés au début de l’hiver, il a été nécessaire d’aménager des drains temporaires pour évacuer l’eau de la structure. Au sol, des monticules de glaces se sont formés, entravant parfois les livraisons ou devenant des obstacles sur le chantier.

050_01

Également, les travaux sur les balcons sont ralentis par la présence d’énormes glaçons. Ces derniers représentent par ailleurs une source de danger pour les ouvriers. En hiver, il faut donc prévoir des heures supplémentaires pour le déneigement et le déglaçage des surfaces.

5. L’imprévisibilité de l’hiver

De manière générale, il est difficile d’établir un échéancier précis des travaux en saison hivernale en raison des grandes variations de température. Au cours d’une même semaine, il peut pleuvoir et neiger, en plus de la température qui peut varier d’une quarantaine de degrés, ce qui provoque de multiples gels et dégels. Avec le réchauffement de la planète, on doit même s’attendre à des variations de température encore plus extrêmes. Dans ce contexte, il est difficile de coordonner de manière optimale les opérations, car l’évolution du chantier est soumise aux impondérables de Dame nature.

Un avis sur « Les chantiers en hiver : 5 défis de taille »

  1. Ping : Sainte-Germaine-Cousin : une véritable fourmilière | Sainte-Germaine-Cousin

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s