Pourquoi un bâtiment en «S» ? L’histoire d’un concept

Comme le printemps qui arrive et transforme la ville, le site de Sainte-Germaine-Cousin s’est complètement transformé durant la dernière année. Cette métamorphose ne reflète pas le long travail de planification et d’élaboration du projet, qui s’étale sur dix longues années! Plusieurs défis et contraintes se sont présentés en cours de route, ramenant les participants à la table à dessin et exigeant des changements de plans significatifs. Le site, dont on verra s’ouvrir les portes l’an prochain, présente donc un visage bien différent de celui imaginé en 2005. Cet article présente les étapes charnières ayant mené à l’évolution du concept initial.

La démolition de l’église Sainte-Germaine-Cousin

Le projet initial prévoyait la démolition totale de l’église, en raison de la contamination à l’amiante et pour diminuer les frais de réaménagement. Le projet dans sa totalité devait être aménagé au sein de constructions nouvelles. En 2005, la paroisse se voit refuser sa demande de démolition en raison de l’intérêt patrimonial du bâtiment. Le projet devra donc intégrer l’ancienne église.

Un projet mixte pour la communauté

Un projet en trois volets est alors proposé afin de développer un milieu où plusieurs générations se côtoient, et où les plus démunis sont soutenus par la communauté. Le projet prévoit ainsi des logements pour personnes âgées, dont certaines à faible revenu et d’autres à mobilité réduite ou en perte d’autonomie, du logement abordable et des coopératives d’habitation pour les familles, un centre de la petite enfance, des bureaux communautaires et divers autres espaces communs partagés. Les composantes d’habitation sont aménagées à l’intérieur de nouvelles constructions tandis que l’église réaménagée abrite les fonctions communautaires.

Entre 2007 et 2009, deux approches d’implantation sont proposées. La première vise à respecter la forme urbaine typique montréalaise. Les bâtiments plus hauts sont donc concentrés autour de l’église au centre du site, tandis que les unités de logement à hauteur plus standard bordent les rues.

PROPOSITION 21 fév (1)

L’autre proposition vise plutôt à s’insérer dans le mouvement postmoderne en vogue lors de l’édification de l’église, dans les années 1960s. L’implantation des édifices est élaborée de façon à mettre en valeur et accentuer les caractéristiques uniques de l’église.

3D Site PROPOSÉ

IMPLANTATION 2

Aucune de ces deux propositions ne fait consensus parmi les nombreux acteurs impliqués dans le projet, que ce soit les futurs propriétaires, l’archevêché, l’arrondissement ou encore la Division de l’habitation de la ville centre. Les discussions continuent également en ce qui concerne le financement disponible et les besoins du milieu à satisfaire. On continue à chercher l’option idéale. Entre-temps, un avis patrimonial est émis, offrant des balises d’aménagement concrètes qui viennent remettre en question de nombreux paramètres dans les propositions initiales.

Le «S» fait consensus

C’est dans ce contexte qu’une charrette de design est organisée en décembre 2009 (une charrette désigne des ateliers rassemblant des professionnels de milieux variés et des représentants de la société civile qui travaillent ensemble, souvent en sous-groupes, à développer de nouvelles idées pour l’aménagement d’un site). Des représentants de presque toutes les instances participent aux discussions. C’est dans le cadre de cet événement que l’idée d’un bâtiment unique, en forme de « s », qui ferait contrepoids à l’église est retenue. Ce choix est d’autant plus approprié qu’il évite la subdivision du lot, un processus complexe et coûteux.

2010-02 OPTION1

Le concept adapté à la règlementation d’urbanisme et aux contraintes patrimoniales


D’autres contraintes règlementaires s’ajoutent à la liste. Entre autres, l’avis patrimonial exige que le muret entourant l’église, lui aussi jugé d’intérêt patrimonial, soit préservé. La vue sur la façade de l’église doit également être protégée, empêchant toute construction à l’avant du site. Finalement, des contraintes au niveau du stationnement forcent à abandonner l’idée du logement pour familles, faute d’espace. Nous en arrivons donc maintenant au projet sous sa forme actuelle, soit une nouvelle construction intégrée au bâtiment de l’église et abritant du logement abordable et des chambres pour une ressource intermédiaire. L’ancienne église est réaménagée pour accueillir des espaces communs qui restent à déterminer. L’implantation d’un CPE est l’une des options présentement à l’étude. Le tout forme un ensemble moderne qui attire l’œil tout en formant une sorte de « fond de scène » qui met en valeur les caractéristiques patrimoniales de l’église.

IMP-20110617

Conclusion

De nombreux dessins ont été tracés avant d’en arriver à l’implantation qu’on voit s’ériger aujourd’hui sur le site de Sainte-Germaine-Cousin. Bien qu’on puisse se sentir dépassés par la lenteur du processus, il est indéniable que ces discussions et propositions préliminaires ont permis de bonifier les idées et d’en arriver à un projet qui satisfait une majorité d’intervenants. On en arrive surtout à un espace intéressant et de qualité mettant en valeur deux bâtiments, deux entités, deux époques, deux concepts.

 

Un avis sur « Pourquoi un bâtiment en «S» ? L’histoire d’un concept »

  1. Ping : Une visite virtuelle ! | Sainte-Germaine-Cousin

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s