Les Habitations Sainte-Germaine-Cousin: le générique de la fin

Un projet de l’envergure des Habitations Sainte-Germaine-Cousin représente un défi colossal et nécessite la contribution d’un grand nombre d’individus aux différentes étapes du projet. Rappelons que le projet a nécessité plus de 10 ans d’effort et de travail et que son parcours a été jonché d’obstacles et de rebondissements.

Maintenant que l’immeuble est occupé par ses locataires, nous avons voulu rendre hommage à au moins 475 personnes qui ont travaillé, à un moment ou à un autre, sur le projet.

Cet exercice inédit permet de rendre compte de l’envergure du projet, de sa complexité et de la mobilisation nécessaire à sa réalisation.

Voici donc le générique de la fin…

Pour ceux qui se posent la question, nous continuerons à publier de l’information sur le chantier de l’église !

Une visite virtuelle !

Le 1er décembre, les premiers locataires se sont installés dans l’immeuble flambant neuf des habitations Sainte-Germaine-Cousin. Le chantier est maintenant terminé et il ne reste que quelques détails à peaufiner. Pour célébrer la fin du chantier, nous vous proposons une visite virtuelle des habitations!

DSC02214

Les résidences pour personnes âgées en légère perte d’autonomie

À la sortie de l’ascenseur, le premier détail qui saute aux yeux est la couleur éclatante de la peinture de certains murs. Chaque étage est ainsi caractérisé par une couleur qui lui est propre afin d’aider les personnes âgées à se repérer plus facilement. Sur chaque palier, à proximité des ascenseurs, une salle polyvalente a été aménagée afin de créer un lieu de rencontre et une salle polyvalente.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Grâce aux courbes du bâtiment, les couloirs entre les logements ne ressemblent pas à de longs tunnels ténébreux, comme c’est trop souvent le cas dans les grands immeubles à logement. Au contraire, les espaces de circulation sont plutôt accueillants et se dévoilent graduellement, au fur et à mesure que l’on avance et les murs aux couleurs éclatantes égayent l’espace. Aucun mur intérieur n’a été construit de manière courbe afin de réduire les coûts du projet et pour simplifier la construction. Pour ces raisons, le corridor est composé de plusieurs pans de murs droits. Grâce à cette technique, la forme sinueuse du bâtiment, qui a été déterminée à la suite d’une charrette, n’a pas vraiment entraîné de surcoût de construction, car les espaces intérieurs ont été simplifiés autant que possible.

Le dernier étage des habitations donne accès à une terrasse sur le toit. Au moment de la visite, cette terrasse était déjà recouverte de neige. Au printemps les éléments mécaniques qui parsèment la terrasse seront dissimulés derrière des bacs de plantation.

DSC02240

La section PAPA compte 122 appartements 3 ½ et 4 appartements 4 ½. Chaque logement est doté d’une cuisine complète, d’entrées laveuse/sécheuse et d’un balcon. Des fenêtres coulissantes ont été installées pour que les locataires puissent installer une aire climatisée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si les logements ne sont pas de facto adaptés pour les personnes à mobilité réduite, ils ont tous été conçus pour être facilement adaptables. Par exemple, des barres d’appui ont déjà été installées et la hauteur des comptoirs a été prévue en conséquence. D’ailleurs, il n’y a pas d’armoire sous les lavabos pour accommoder les fauteuils roulants. Des rampes d’accès peuvent être installées à tout moment dans les logements, car la Corporation Mainbourg en a acheté pour chaque logement. Les comptoirs et les armoires de la cuisine peuvent également être entièrement transformés pour accommoder les personnes en fauteuils roulants. Des niches ont été aménagées dans les corridors afin de permettre aux locataires de personnaliser l’espace. Ces alvéoles aident particulièrement les personnes atteintes d’Alzheimer à se repérer.

Le rez-de-chaussée

Les usages qui génèrent le plus de bruit et le plus d’achalandage ont évidemment été localisés au rez-de-chaussée.

La salle à manger, dotée d’un toit angulaire, est éclairée par un ciel étoilé. Initialement, les luminaires devaient être disposés au plafond de manière aléatoire, mais comme il était impossible de les installer sans planification, les architectes ont dû malgré tout dessiner l’endroit exact où ils seraient installés. La salle à manger est entièrement fenestrée et établit un lien visuel avec l’extérieur. Une rutilante cuisine commerciale flambant neuve jouxte la salle à manger.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est également au rez-de-chaussée que sont situés les locaux de la ressource intermédiaire. Évidemment, cette section de l’immeuble a d’abord été conçue pour répondre aux besoins médicaux des patients.

Le couloir central est éclairé par de grands luminaires recouverts d’un tissu élastique qui diffuse et adoucit la lumière. Le mobilier, dont le spectaculaire bureau d’accueil, a été fait sur mesure afin de s’agencer à l’architecture du bâtiment. Une salle commune et une salle à manger ont été aménagées à l’extrémité de l’immeuble, dans un espace entièrement vitré. À partir de cette salle, les résidents auront pratiquement l’impression d’être à l’extérieur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les espaces communs et les espaces mécaniques

Fait rare dans un grand immeuble résidentiel, une trappe à recyclage a été construite en plus de la trappe à déchet traditionnel et un réservoir d’huile de cuisson usagée a été installé. Ces installations permettront de réduire substantiellement la quantité de matière résiduelle produite par les locataires.

Les ascenseurs choisis sont à fonctionnement hydraulique plutôt qu’à câble. L’avantage de ces modèles, c’est que leurs moteurs doivent être localisés au sous-sol plutôt que sur le toit, ce qui diminue le nombre et la taille des éléments mécaniques sur le toit. Ce choix s’impose lorsqu’une terrasse est construite sur le toit.

Entre l’église et les habitations, on retrouve la salle avec les équipements pour la géothermie. Une immense trappe a été construite au-dessus de cette salle, car l’équipement a une durée de vie d’environ 25 ans, après quoi il faut habituellement tout remplacer. La trappe d’accès facilite donc l’évacuation du matériel.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Fin de la visite!

La réalisation du projet des habitations Sainte-Germaine-Cousin a été un projet complexe qui a nécessité 8 ans de développement. Nous sommes donc très fiers de vous présenter le résultat de cette grande aventure. Prochainement, nous publierons la liste de toutes les personnes ayant contribué à la réalisation de ce projet audacieux, ainsi qu’une mise à jour sur l’avancement des travaux de l’église. Vous pouvez également regarder l’ensemble des photos du projet en consultant notre billet précédent!

Forum sur le patrimoine religieux du Québec : présentation du projet Sainte-Germaine-Cousin

Le 6 novembre dernier, Ron Rayside a présenté le projet de Sainte-Germaine-Cousin dans le cadre du 3e Forum sur le patrimoine religieux du Québec. L’événement rassemblait des intervenants de plusieurs régions de la province, tous impliqués dans la préservation et la mise en valeur de notre patrimoine religieux.

M. Rayside a notamment présenté le processus ayant mené à la réalisation de ce projet d’envergure. Les nombreuses années de travail bénévole des différents partenaires ont été capitales pour assurer un projet final péren qui répond aux besoins de la communauté. Vous pouvez consultez la présentation sur le projet de conversion de l’église Sainte-Germaine-Cousin ici: http://goo.gl/9F0Gmw

Denis Bouchard - Conseil du patrimoine religieux du Québec

Denis Bouchard – Conseil du patrimoine religieux du Québec

Les participants ont été impressionnés du niveau d’engagement de tous autour de ce projet rassembleur, et de l’audace des interventions. La mise en valeur d’un édifice patrimonial à travers une construction moderne et originale est une approche hors du commun qui pousse à la réflexion sur les façons de faire courantes dans le milieu.

Denis Boucher, du Conseil du patrimoine religieux du Québec, mentionnait lors de l’allocution d’ouverture qu’il y a actuellement 470 églises québecoises en mutation. Plusieurs de ces cas mèneront à une démolition, ou à une transformation majeure résultant en la perte de notre héritage. Espérons que la présentation du cas de Sainte-Germaine-Cousin incitera à une réflexion autour de nouveaux moyens pour prévenir ces pertes.

Denis Bouchard - Conseil du patrimoine religieux du Québec

Denis Bouchard – Conseil du patrimoine religieux du Québec

François Claveau discute du projet de Sainte-Germaine-Cousin

François MATV2

François Claveau, le directeur général de la Corporation Mainbourg, a fait une apparition à l’émission Montréalité pour discuter du projet de Sainte-Germaine-Cousin. Au cours de son passage, M. Claveau a notamment parlé de l’histoire du projet et des principaux défis qui ont été relevés au cours des années, notamment en ce qui concerne la transformation d’un immeuble patrimonial.

Vous pouvez consulter en ligne l’entrevue de M. Claveau en cliquant sur le lien suivant (l’entrevue commence à la 7e minute) : http://bcove.me/5x63yd8t

Vous pourrez par la même occasion en apprendre davantage sur les rôles des différents partenaires du projet et sur les autres projets réalisés par la Corporation Mainbourg.

Par ailleurs, la bibliographie sur le projet de Sainte-Germaine-Cousin a été mise à jour. La majorité des articles de journaux et de médias spécialisés qui traitent de Sainte-Germaine-Cousin ont été répertoriés. De plus, les études patrimoniales et les documents de la ville ont été ajoutés. Cette bibliographie devrait faciliter la recherche sur ce projet de conversion de site religieux.