Les Habitations Sainte-Germaine-Cousin: le générique de la fin

Un projet de l’envergure des Habitations Sainte-Germaine-Cousin représente un défi colossal et nécessite la contribution d’un grand nombre d’individus aux différentes étapes du projet. Rappelons que le projet a nécessité plus de 10 ans d’effort et de travail et que son parcours a été jonché d’obstacles et de rebondissements.

Maintenant que l’immeuble est occupé par ses locataires, nous avons voulu rendre hommage à au moins 475 personnes qui ont travaillé, à un moment ou à un autre, sur le projet.

Cet exercice inédit permet de rendre compte de l’envergure du projet, de sa complexité et de la mobilisation nécessaire à sa réalisation.

Voici donc le générique de la fin…

Pour ceux qui se posent la question, nous continuerons à publier de l’information sur le chantier de l’église !

Sainte-Germaine-Cousin : une véritable fourmilière

Avez-vous l’impression que le chantier des Habitations Sainte-Germaine-Cousin avance lentement? Il ne s’agit pourtant que d’une illusion, car en réalité le chantier n’aura jamais été aussi actif.

Il existe un petit truc pour connaître approximativement la progression d’un chantier : lorsqu’on est rendu à la pose du gypse, cela signifie généralement que 50 % du chantier a été complété. C’est justement à cette étape qu’est rendu le chantier des Habitations Sainte-Germaine-Cousin. Comme le chantier doit normalement se terminer en novembre 2014, cela signifie qu’autant de travail sera accompli au cours des six prochains mois du chantier qu’au cours des douze premiers. Pourtant, une personne extérieur au projet pourrait avoir l’impression que la progression des travaux a passablement ralenti puisque les changements sont moins visibles. En fait, un nouvel étage de la structure était érigé toutes les deux semaines cet automne.

079

P1120943

Rappelons d’ailleurs que l’échéancier a été organisé en fonction des contraintes de l’hiver et qu’il était impératif de terminer la structure avant le début de la saison froide.
Simplement pour vous donner une idée de l’effervescence sur le site, voici une courte liste des professionnels présents au moment d’écrire ses lignes :

  • Plombiers;
  • Électriciens;
  • Poseurs de gicleurs;
  • Installateurs des systèmes de communication;
  • Poseurs de systèmes intérieurs;
  • Calorifugeurs;
  • Installateurs d’uréthane giclé;
  • Peintres;
  • Entrepreneurs en ouvrage métallique;
  • Installateurs d’alarmes incendies et de systèmes lumières d’urgence;
  • Installateurs d’ascenseur;
  • Monteurs d’acier;
  • Architectes;
  • Ingénieurs civil;
  • Ingénieurs électriques;
  • Ingénieurs mécaniques;
  • Ingénieurs en structure;
  • Ingénieurs spécialisés en installation de gicleurs;
  • Surveillants (de toiture, de béton et de métaux ouvrés)

Aussi, les va-et-vient sont incessants et un chantier de cette envergure mobilise un grand nombre de professionnels de la construction… telle une fourmilière !

Les prochaines étapes

Maintenant que les éléments structuraux et que la mécanique du bâtiment sont installés, les ouvriers s’affairent principalement à l’aménagement et la finition des espaces intérieurs.

050(1)

L’ordre des opérations varie selon les préférences des entrepreneurs, mais de manière générale voici les principales étapes qui seront complétées au cours des prochains mois. D’abord, les tireurs de joints et les peintres, les installateurs de portes et les quincaillers (serrures) s’occuperont de la finition des murs. Ensuite, les installateurs de plancher viendront poser de la marqueterie dans les logements et du linoléum, un matériel écologique à base de graines de lin, dans les espaces communs et dans les chambres des ressources intermédiaires. Passeront ensuite les ébénistes pour la pose des comptoirs, armoires et mobiliers de salle de bain. Finalement, les plombiers et les électriciens devront raccorder chacun des éléments (bains, douche, luminaire) au réseau électrique et aux systèmes mécaniques.

004La coordination de ces étapes est particulièrement importante, car tous ces ouvriers spécialisés ne peuvent travailler en même temps dans le même espace. De plus, leur travail dépend généralement de la réalisation des tâches précédentes. Dans un gros chantier comme celui des Habitations Sainte-Germaine-Cousin, il y a une certaine économie d’échelle, car les ouvriers peuvent se suivre de pièce en pièce. Donc, ils travaillent en même temps, mais dans des pièces différentes.

Les prochains mois seront donc particulièrement occupés, car il faudra assurer la coordination de toutes ces opérations en plus de corriger les déficiences et d’assurer la qualité des finis. Le dernier droit avant l’ouverture des habitations risque d’être particulièrement exigeant!

010

Les chantiers en hiver : 5 défis de taille

1. L’organisation de l’échéancier

La préparation d’un échéancier pour un projet aussi complexe que celui de Sainte-Germaine-Cousin est particulièrement compliquée. De nombreux éléments peuvent avoir un impact important sur le début des travaux, comme le processus pour obtenir l’approbation de la Ville et de l’Arrondissement ou le montage financier qui est tributaire des programmes de subventions et des partenaires engagés. Toutes ces contraintes font en sorte que le maître d’œuvre d’un projet de logements sociaux et communautaires n’est généralement pas en mesure de déterminer la date du début des travaux en fonction de ce qui est le mieux pour le chantier.

Dans le cas de Sainte-Germaine-Cousin, les principaux partenaires du projet ont tout fait pour que l’échéancier soit développé de manière à réduire au maximum les coûts reliés aux conditions hivernales. Ainsi, une bonne partie de la préparation du terrain (compaction) a été faite au cours de l’automne 2012, soit avant le début des travaux au printemps 2013. La construction de la structure des habitations Sainte-Germaine-Cousin a donc commencé au cours du mois de mars.

2.  Terminer la construction de la structure

L’hiver a une incidence considérable sur les coûts de construction d’une structure en béton. Lorsque la coulée se fait durant l’hiver, il faut recouvrir et chauffer le béton pendant environ 7 jours. Ces opérations supplémentaires et l’énergie nécessaire pour chauffer le béton représentent un surcoût de construction d’au moins 20 %. Pour cette raison, il est de loin préférable que la structure soit complétée avant la saison hivernale.

P1190438_01

3. L’importance de « fermer » l’immeuble

Il est également extrêmement avantageux de « fermer » un bâtiment en construction avant le début de la saison froide en terminant les murs extérieurs, la toiture et la pose des fenêtres. Dans le cas de Sainte-Germaine-Cousin, l’immeuble a été entièrement fermé au mois de décembre. Ainsi, il n’a jamais été nécessaire de déblayer les paliers ou la toiture. Le chantier est aussi beaucoup moins exposé aux aléas de la météo.

En fermant l’immeuble avant la saison hivernale, il est possible d’offrir un environnement de travail beaucoup plus adéquat pour les travailleurs. D’abord, cela augmente la sécurité sur le chantier; cela diminue notamment les risques d’engelures et d’hypothermie. Dans un environnement chauffé, le travail des ouvriers se fait également de manière beaucoup plus efficace, car ils n’ont plus besoin de prendre fréquemment des pauses pour se réchauffer et ils peuvent manipuler leurs outils beaucoup plus aisément.

P1120666_01

4. La gestion des eaux en hiver

Bien que la structure soit fermée, les ouvriers doivent malgré tout composer avec les éléments de l’hiver, particulièrement la glace.

P1050551

Comme les drains du toit n’avaient pas été installés au début de l’hiver, il a été nécessaire d’aménager des drains temporaires pour évacuer l’eau de la structure. Au sol, des monticules de glaces se sont formés, entravant parfois les livraisons ou devenant des obstacles sur le chantier.

050_01

Également, les travaux sur les balcons sont ralentis par la présence d’énormes glaçons. Ces derniers représentent par ailleurs une source de danger pour les ouvriers. En hiver, il faut donc prévoir des heures supplémentaires pour le déneigement et le déglaçage des surfaces.

5. L’imprévisibilité de l’hiver

De manière générale, il est difficile d’établir un échéancier précis des travaux en saison hivernale en raison des grandes variations de température. Au cours d’une même semaine, il peut pleuvoir et neiger, en plus de la température qui peut varier d’une quarantaine de degrés, ce qui provoque de multiples gels et dégels. Avec le réchauffement de la planète, on doit même s’attendre à des variations de température encore plus extrêmes. Dans ce contexte, il est difficile de coordonner de manière optimale les opérations, car l’évolution du chantier est soumise aux impondérables de Dame nature.

Sainte-Germaine-Cousin comme si vous y étiez !

Il est maintenant possible de visiter l’intérieur de l’église Sainte-Germaine-Cousin avant le début des travaux en mode «Street View».

Il suffit de cliquer sur l’image ci-dessous.

2013 - 1